Enquête sur les conditions de vie étudiante pendant le confinement

Entre fin mars et avril 2020, une enquête en ligne sur les conditions de vie durant le confinement a été adressée à l’ensemble des étudiant·e·s de l’UGA (hors Grenoble-INP). Elle a recueilli 11 152 réponses, soit plus de 20% de la population. Consultez la synthèse des principaux résultats.

Construction et objectifs de l'enquête

L’enquête a été construite et exploitée en coordination avec plusieurs services universitaires*, avec trois intentions :

  • Offrir une vision statistique sur la situation des étudiant·e·s durant cette période
  • Délivrer une première information aux étudiant·e·s sur les dispositifs et initiatives mises en place
  • Repérer les situations les plus difficiles afin de pouvoir les prendre en charge plus efficacement (les répondant·e·s avaient la possibilité de laisser leurs coordonnées à cet effet)

*La Direction de la Vie Etudiante, la Direction Territoriale et Internationale, La Direction Générale Déléguée "Formation", l’Agence de Développement Universitaire Drôme-Ardèche (ADUDA), le CROUS, le Centre de Santé Universitaire.

Situation de confinement

Pendant la période de confinement, près de 38% des répondant·e·s déclarent être rentré·e·s dans leur famille ou leur pays, une proportion qui chute à 5,8% parmi les étudiant·e·s internationaux. Dans l’ensemble, 18,3% ont occupé un logement seul, une majorité résidant dans des logements partagés, avec leur famille, des colocataires ou dans des chambres chez l’habitant. Les résidences du CROUS sont restées, elles, occupées à 40% de leur capacité du parc.


Cliquez sur l'image pour agrandir

Liens avec l’université

Dans 82,3% des cas, un lien a pu être maintenu avec l’université, au niveau de la composante et de l’équipe pédagogique. Au-delà, 13, 2% ont été en contact avec d’autres services universitaires.

Les mails de l’institution ont représenté le principal moyen d’information (80,3%), puis les réseaux sociaux (65,4%), devant les intranets de l’université et des composantes (58,9%), ou les échanges entre camarades de promotion (57,1%).


Cliquez sur l'image pour agrandir

Difficultés rencontrées



Cliquez sur l'image pour agrandir

Enseignement à distance et continuité des études

Sans surprise, les difficultés rencontrées relèvent pour une majorité d’étudiant·e·s (72,7%) de la pédagogie et de l’enseignement à distance. Pour ceux et celles-là, il s’agit principalement de la capacité à s’organiser dans son travail (à 77,7%) en l’absence d’interactions avec les professeurs et camarades, et dans des conditions pas toujours optimales au sein du lieu de résidence. Un tiers d’entre eux (33,7%) a également mentionné des problèmes de connexion (forfait limité ou fiabilité incertaine) et 2,4% ne pas disposer d’ordinateur personnel (une proportion qui atteint 9,8% chez les internationaux).


Cliquez sur l'image pour agrandir

Presque la moitié des répondant·e·s (48,7%) a par ailleurs rencontré des difficultés ou des incertitudes administratives concernant les inscriptions l’année suivante, le déroulement des examens ou le passage de concours, les échanges à l’étranger, ou encore les conditions de réalisation des stages. Plus largement, ces difficultés ont pu concerner les aides ou les droits sociaux : bourses, CAF, Assurance Maladie, etc.


Cliquez sur l'image pour agrandir

Conditions de vie

La période de confinement a généré un sentiment d’isolement et de solitude, voire d’angoisse et d’anxiété, pour 23,4% des répondant·e·s (45,4% pour le public international).

12,6% ont vu leurs conditions matérielles de vie impactées négativement (34, 5% pour le public international), avec des pertes de salaires ou de gratifications de stage qui ont entraîné des difficultés pour acheter de l’alimentation ou des produits d’hygiène, à payer le loyer ou les charges.


Cliquez sur l'image pour agrandir


« La vie d’étudiant confiné », enquête de l’Observatoire National de la Vie Etudiante, juillet 2020
L’Observatoire Nationale de la Vie Etudiante a également conduit une enquête portant sur 6130 observations. Outre le fait qu’elle soit fondée sur une population plus restreinte, la comparabilité entre les deux enquêtes reste limitée en raison de champs ou de formulations distincts.
Elle corrobore en revanche les grandes tendances relevées, autour des difficultés avec l’enseignement en distanciel, pour des raisons matérielles ou organisationnelles, de l’impact financier de la crise sanitaire sur les conditions de vie, de l’ampleur de la détresse psychologique et des situations d’isolement, de la surexposition du public international à ces difficultés.

Quelques chiffres :
- 44% déclarent avoir quitté le logement qu’ils occupaient
- 77% confiné·e·s avec au moins l’un des deux parents
- 58% des étudiant·e·s ont arrêté, réduit, ou changé d’activité rémunérée
- 33% déclarent avoir rencontrée des difficultés financières (47% pour les internationaux)
- 50% ont ressenti un sentiment d’isolement ou de solitude (61% pour les internationaux)
- 31% ont présenté des signes de détresse psychologique pendant la période de confinement
- 51% ont déclaré des difficultés dans l’organisation du temps et de leur travail personnel
- 78% n’ont pu réaliser leur stage dans les conditions prévues
Publié le 17 septembre 2020

Informations pratiques

Contacts

Observatoire de la Vie Etudiante
observatoire-vie-etu@univ-grenoble-alpes.fr